Les masques et puis après …

Ces 2 mois et demi de confinement ont eu pour la vie quotidienne des Français des effets souvent très douloureux, mais pour la nature des vertus remarquables : baisse du bruit, amélioration de la qualité de l’air, retour des oiseaux, des insectes et des animaux sauvages dans les villes. Une pause dont il faudrait bien conserver quelques effets.

Le déconfinement démarré le 11 mai laisse encore les Français dans l’angoisse d’une deuxième vague.

La liberté dont nous disposons à nouveau a malheureusement comme corollaire la multiplication de certaines d’incivilités. 

Parmi elles l’abandon sur la voie publique des gants à usage unique et des masques de protection. 

Jeter, comme on peut le voir, son masque ou ses gants au sol en milieu urbain c’est faire prendre des risques à tous et notamment aux agents chargés de la collecte des déchets et du nettoyage des rues. Composés principalement de polypropylène, le polymère le plus répandu, les masques ne sont pas bio dégradables.

Si le produit atteint le milieu marin c’est une menace pour la biodiversité.

Si les masques sont jetés dans les caniveaux des villes, cela contribuera comme c’est le cas pour les lingettes à boucher les stations d’épuration. Dans notre département, la Marne, qui traverse nombre de nos communes, constitue un vecteur privilégié de cette nouvelle pollution. Il faut à tout prix se mobiliser contre ce nouveau risque.

 La règle est simple : conserver son masque pendant 24 heures puis le déposer dans une poubelle pour ordures ménagères.

On notera qu’il s’agit principalement des masques jetables mais également, dans une moindre mesure, des masques tissus confectionnés par les habitants eux même.

Pour plus d’information.

La Croix https://www.la-croix.com/France/masques-jetables-nouveaux-dechets-lespace-public-2020-05-21-1201095360

Ministère de la transition écologique et solidaire https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/200325Corana-gestes%20dechets_A4%20web.pdf

Robin des bois

https://robindesbois.org/category/balisage/dechets/dechets-dans-leau/

http://collectif3r.org/des-protection-sanitaires-pour-les-agents-de-proprete-urbaine/

Claude Bornecque

Catherine Ledent

Juin 2020

Photos Catherine Ledent

Fermer le menu

En France, le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) décline à l'échelle d'un bassin versant et de son cours d'eau, appelés unité hydrographique ou d'un système aquifère les grandes orientations définies par le SDAGE. Il a été instauré par la loi sur l'eau du 3 janvier 1992 et codifié par les articles L212-3 à L212.11 du Code de l'environnement (France).

(wikipedia) Le schéma directeur de la région d'Île-de-France ou SDRIF est un document d'urbanisme et d'aménagement du territoire qui définit une politique à l'échelle de la région Île-de-France. Il vise à contrôler la croissance urbaine et démographique ainsi que l'utilisation de l'espace, tout en garantissant le rayonnement international de la région. Il préconise des actions pour :

corriger les disparités spatiales, sociales et économiques de la région ;

coordonner l'offre de déplacement ;

préserver les zones rurales et naturelles.

(wikipedia) En France, le plan local d'urbanisme (PLU), ou le plan local d'urbanisme intercommunal (PLUI), est le principal document de planification de l'urbanisme au niveau communal (PLU) ou intercommunal (PLUI). Il remplace le plan d'occupation des sols (POS) depuis la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000, dite « loi SRU »

(wikipedia) Le Schéma de cohérence territoriale (abrégé SCOT ou SCoT) est un document d'urbanisme français qui détermine, à l’échelle de plusieurs communes ou groupements de communes, un projet de territoire visant à mettre en cohérence l'ensemble des politiques sectorielles, notamment en matière d’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement et de paysage. Le Code de l'urbanisme fixe le régime des SCOT aux articles L et R.141-1 et suivants.

(wikipedia) En France métropolitaine, le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) a d'abord désigné (dans les années 1990) le document de planification ayant pour objet de mettre en œuvre les grands principes de la loi sur l'eau du 3 janvier 1992.

Le SDAGE sert de cadre général à l'élaboration des schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) pour des cours d'eau et leurs bassins versants ou des systèmes aquifères particuliers, à plus petite échelle.

(wikipedia) Le schéma régional de cohérence écologique (SRCE) est en France un nouveau schéma d'aménagement du territoire et de protection de certaines ressources naturelles (biodiversité, réseau écologique, habitats naturels) et visant le bon état écologique de l'eau imposé par la directive cadre sur l'eau.